Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Eau > L\'eau du sahara au Maghreb|    Retour

L'eau du sahara au Maghreb

Le 14 juin 2008

L'Algérie, la Tunisie et la Libye exploitent actuellement 2,7 milliards de m3/an d`eau puisée dans les nappes souterraines du Sahara. Après la réunion organisée par l'Observatoire du Sahara et du Sahel à Alger en début de semaine, les trois pays ont conclu un accord  « Projet Géo-aquifer » prévoyant un mécanisme de concertation permanent sur la gestion du système des eaux souterraines dans la région Nord du Sahara, afin de garantir la préservation de ces ressources. L`accord prévoit l`échange de données et d`informations permettant l`exploitation commune de l`eau dans la région.

Le Journal « El watan » à consacré dans son numéro du 13/14 Juin un dossier à ce sujet :

La nappe saharienne sous pression

A l'image d'une citerne dans laquelle on prélève de l'eau, le système aquifère du Sahara septentrional, un ensemble de deux nappes profondes que se partagent l'Algérie, la Libye et la Tunisie, a connu, depuis trente ans, des prélèvements continus et de plus en plus importants, conséquence du développement économique des pays.
 1 million de kilomètres carrés. C'est la surface totale du Système aquifère du Sahara septentrional (SASS). Il s'étend en majorité en  Algérie, sur 700 000 km2, puis en Libye, sur 250 000 km2, et enfin en Tunisie, sur 80 000 km2.

8 800 points d'eau exploitent ces eaux souterraines
: 6500 en Algérie, 1200 en Tunisie et 1100 en Libye.

4,8 millions d'habitants vivront sur la zone algérienne du SASS d'ici 2030 contre 2,6 aujourd'hui. Plus que les Tunisiens (1,7) et que les Libyens (2,2).

2,5 milliardsde mètres cubes L'exploitation totale aujourd'hui qui pourrait être portée à 7,8 milliards d'ici 2050, : 1,7milliard C'est la quantité d'eau que l'Algérie prélève dans la nappe. Contre 600 000 m3 pour la Tunisie et 400 000 pour la Libye..
     
Problème : il s'agit d'un milieu extrêmement fragile, qui ne se recharge que d'environ 1 milliard de mètres cubes par an. Alors que les trois pays viennent de conclure un accord pour une gestion durable de ce bassin, les experts de l'Observatoire du Sahel et du Sahara font le point sur ce qui nous attend si les ponctions se poursuivent à ce rythme.

Les Tunisiens prélèvent plus d'eau que les Algériens alors qu'ils ont moins de surface de nappe
.

OUI MAIS comparer les pays sur un rapport mètres cubes prélevés/kilomètre carré, selon l'Observatoire du Sahel et du Sahara, ne correspondrait à rien. Si on s'en tient aux simples chiffres, c'est vrai, la Tunisie prélève plus d'eau que l'Algérie puisqu'elle en prend 600 millions de mètres cubes sur 80 000 km2 alors que l'Algérie n'en prélève que 1,7 milliard sur 700 000 km2. « Mais en Tunisie, la concentration d'habitants au kilomètre carré est plus importante puisque le pays est plus petit, explique Rachid Khanfir, coordinateur de Géo-aquifer à l'OSS. La demande est donc plus importante. » Djamel Latrech, hydro-géologue algérien chargé du projet SASS, ajoute : « Selon la géologie, les contraintes d'exploitation de la nappe ne sont pas les mêmes partout. Par exemple, chez nous, il est impossible d'exploiter les ressources sous l'erg occidental ou l'erg oriental. » D'après les études, l'Algérie pourrait encore prélever jusqu'à 5 milliards de mètres cubes, alors que la Tunisie, en raison de sa petite superficie, a déjà atteint ses limites.

Les réserves de 30 000 milliards de mètres cubes nous permettent de puiser à l'infini dans la nappe.

FAUX. Au cours des trente dernières années, l'exploitation des eaux du SASS par forages est passée de 0,6 à 2,5 milliards de mètres cubes par an (1,50 en Algérie, 0,55 en Tunisie et 0,45 en Libye). « Si cette exploitation continue à ce rythme, il y aurait de sérieuses raisons de s'inquiéter pour l'avenir des régions sahariennes où les premiers signes de détérioration de l'état des ressources en eau sont visibles », souligne un rapport de synthèse de l'OSS publié cette année.

Des scénario ont même été élaborés : si les prélèvements jusqu'en 2050 restent constants, il n'y aurait pas de répercussion significative sur le comportement de la nappe, mais les rabattements dans la couche la plus profonde seraient supérieurs à 40 mètres dans le Bas-Sahara algérien et dépasseraient 30 mètres autour des chotts (risque de contamination de la nappe en eau salée). Si les prélèvements passent de 42 à 143 m3/seconde entre aujourd'hui et 2030, les rabattements de 300 à 400 mètres dans la couche la plus profonde provoqueraient la disparition totale de l'artésianisme (quand l'eau jaillit naturellement des puits). Il faudrait donc procéder à des pompages. Il y aurait aussi un risque de salinisation de la nappe par l'eau des chotts

La pression sur la nappe sera de plus en plus forte.


VRAI. D'une part, parce que nous allons être de plus en plus nombreux : 4,8 millions d'habitants vivront sur la zone algérienne du SASS d'ici 2030 contre 2,6 aujourd'hui. Notre demande en eau domestique va aussi augmenter et pourrait atteindre en 2030 entre 400 et 600 millions de mètres cubes par an. 80% de la zone du SASS étaient connectés à un réseau d'eau potable en 1998 et ce taux a fortement augmenté depuis. « Les estimations de la consommation en eau dans la zone du SASS algérien varient, selon les communes, de 62 à 295 litres par jour et par habitant ! Le nombre d'hectares irrigués en Algérie passerait quant à lui de 170 000 à 340 000 d'ici 30 ans. Il faut savoir que la demande en eau agricole est aujourd'hui d'environ 1,7 million de mètres cubes par an », peut-on lire dans le rapport.

Enfin, l'industrie pétrolière exerce aussi une forte pression puisque, selon un inventaire de l'Agence nationale des ressources hydrauliques algérienne (2000), le secteur aurait prélevé 146 millions de mètres cubes à partir de 177 forages. L'intensification de cette exploitation pourrait entraîner un accroissement de cette demande à hauteur de 262 millions de mètres cubes en 2025.

Source : http://www.come4news.com/leau-du-sahara-au-maghreb-512612

L'équipe Algosophette®  

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier