Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Géologie > Séisme: ultimes sauvetages, mais la Chine se prépare à un bilan très lourd|    Retour

Séisme: ultimes sauvetages, mais la Chine se prépare à un bilan très lourd

Le 17 mai 2008

Des cris de plus en plus faibles s'élevaient vendredi des bâtiments et des écoles en ruines dans le Sichuan, guidant les sauveteurs à la recherche de survivants du séisme dont le bilan estimé devrait dépasser 50.000 morts selon le gouvernement chinois.

Localisation du séisme

Quatre jours après la catastrophe, les soldats et les volontaires civils, renforcés par les premiers spécialistes étrangers, fouillaient des tonnes de béton et de ferraille, souvent à mains nues, avec l'espoir de découvrir des signes de vie.


Le Premier ministre chinois Wen Jiabao et le président Hu Jintao, à leur arrivée à Mianyang, dans le Sichuan, le 16 mai 2008



Une rescapée dégagée vivante des décombres le 16 mai 2008 à Beichuan dans le Sichuan



Vendredi, 33 survivants ont été extraits des décombres dans le seul district de Beichuan, durement touché par le séisme, selon l'agence de presse officielle Xinhua (Chine Nouvelle).

Le président chinois Hu Jintao, arrivé vendredi dans la zone sinistrée, a averti que les opérations de secours étaient entrées "dans la phase la plus cruciale". "Le temps presse", a-t-il dit.

Un survivant de 46 ans, Peng Zhijun, a raconté avoir réussi à tenir pendant ces quatre jours sous des décombres avec ses cigarettes, des serviettes en papier et en buvant son urine.

Simplement guidés par un filet de voix, des sauveteurs à Yinghua ont réussi à dégager un homme de 50 ans qui avait entendu les cris de sa fille à la surface. Les efforts ont pris une douzaine d'heures, les médecins ont dû l'amputer d'un bras et d'une jambe pour le sortir de son carcan de béton.

Le séisme de magnitude 7,9 a frappé lundi en début d'après-midi, à une heure où tous les bureaux et établissement scolaires étaient bondés.

Selon des chiffres de Chine Nouvelle, 216.000 édifices ont été détruits au Sichuan, la province du sud-ouest qui a été de loin la plus gravement touchée, dont 6.898 établissements scolaires, prenant au piège des milliers d'enfants et d'enseignants.

Le bilan final risque donc d'être très lourd et le gouvernement a commencé à préparer la population en donnant pour la première fois jeudi une estimation de plus de 50.000 morts.

Chaque jour, les autorités continuent à égrener le nombre de morts confirmés, qui est passé vendredi à 22.069 pour toute la Chine, dont plus de 21.500 pour la seule province du Sichuan.

Le séisme, qui a touché une zone de 100.000 km2, grande comme trois fois la Belgique, a également fait plus de 4,8 millions de sans-abri, relogés dans des installations provisoires.

Le stade de Mianyang accueille 10.000 sinistrés.

Plus de 130.000 soldats, équipés de chiens, sont à pied d'oeuvre, fouillant les décombres, distribuant des vivres, dégageant les routes et assurant des dizaines de rotations d'hélicoptères pour évacuer les sinistrés.

Le gouvernement chinois a accepté, pour la première fois, de laisser entrer des équipes de pays voisins, comme le Japon, la Russie, la Corée du Sud et Singapour. Un premier groupe d'une trentaine de spécialistes japonais est arrivé vendredi dans la ville de Guanzhuang et un second groupe était attendu.

Et Pékin pourrait autoriser un plus grand nombre de pays à envoyer des équipes de secours, selon un porte-parole de l'ambassade de Chine à Washington.

Beaucoup de bâtiments, notamment des écoles, se sont effondrés comme des châteaux de cartes, alors que d'autres édifices ont résisté à la secousse.

Les autorités chinoises ont déclenché à la suite du séisme un plan d'intervention de crise en sûreté nucléaire, mais elles n'auraient constaté "aucune fuite radiologique" dans l'environnement, selon une note de l'autorité de sûreté nucléaire chinoise NNSA reçue à Paris par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)

Une forte réplique a provoqué vendredi des glissements de terrain qui ont coupé des routes et enseveli des véhicules, a rapporté Chine Nouvelle. La réplique, d'une magnitude de 5,9, a eu lieu dans le district de Lixian, à moins de 50 km de l'épicentre du séisme de lundi.

Lorsqu'elles auront séché leurs larmes, les familles des victimes ne manqueront pas de demander des comptes, notamment aux entreprises de construction.

Anticipant la colère de la population, le gouvernement a ordonné vendredi une enquête sur les établissements scolaires détruits et a menacé de punir sévèrement les responsables.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a annoncé que ce séisme était le plus dévastateur de l'histoire de la République populaire de Chine, créée en 1949, en termes de superficie touchée et de magnitude.

Un vaste élan de solidarité s'est organisé dans toute la Chine. Les collectes de dons en argent et en nature sont évalués à 1,3 milliard de yuans (près de 120 millions d'euros).

L'ONU a débloqué sept millions de dollars pour la Chine.

Le séisme de magnitude 7,6 qui avait rasé en juillet 1976 la ville de Tangshan, proche de Pékin, avait fait officiellement 242.000 morts

Source : http://www.bio-2.fr/news-694.php

L'équipe Algosophette®  

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier