Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Languedoc Roussillon > Traitement des déchets : Montpellier voit le bout du tunnel|    Retour

Traitement des déchets : Montpellier voit le bout du tunnel

Le 22 janvier 2008

L’usine de biométhanisation de Montpellier se veut un exemple dans le traitement des ordures ménagères. Elle devrait entrer en service d’ici la fin de l’année ©Architecture technologie & environnement
Après des années d’attente et de préparatifs, Montpellier et son agglo sont sur le point de lancer une gestion moderne de leurs déchets. L’époque de la décharge à ciel ouvert de Thôt est définitivement révolue. Une usine de méthanisation, en cours de construction, sera opérationnelle fin 2008 et un centre de stockage des déchets ultimes est prévu à Castries.
Avec près de 200.000 tonnes à traiter en 2007, les déchets ménagers sont sur la sellette, à Montpellier, depuis une vingtaine d’années. Une nouvelle stratégie de gestion se met peu à peu en place. Une étape vient d’être franchie avec la validation par la préfecture, malgré l’hostilité de certains riverains, d’un centre de stockage à Castries, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la capitale du Languedoc-Roussillon. Cette décision est la suite d’un feuilleton à rebondissement, sur fond de polémique, qui a débuté en 1988 avec l’ouverture d’une décharge à ciel ouvert, sur le site de Thôt, entre Montpellier et la station balnéaire de Palavas-les-Flots. Peu valorisant pour une région qui met en avant la qualité de vie et le tourisme, ce site est aujourd’hui fermé pour laisser sa place à des infrastructures « plus modernes et soucieuses de l’environnement ». Au début des années 2000, la hauteur des tas d’immondices y atteignait, il est vrai, les trente mètres de haut !

Une usine de biométhanisation


L’usine de méthanisation, en cours de construction à Garosud, en périphérie de Montpellier, sera la vitrine, et le pilier, de cette nouvelle organisation du traitement des ordures ménagères. Elle devrait entrer en service au mois d’avril, pour une mise en service progressive avant la fin de l’année. Exploitée par la société Novergie, du groupe Suez, l’unité sera, selon ses concepteurs, à la pointe dans le traitement biologique des déchets. L’installation sera conçue pour recevoir deux types de détritus sur des lignes de traitement distinctes : 170.000 tonnes de déchets résiduels des ménages (poubelles grises ou bleues), et 33.000 tonnes de biodéchets collectées à la source (déchets de cuisine, de restauration, etc…). Un système de tri optique innovant, développé en Suède, permettra de séparer les différentes sortes de déchets collectés. La fraction organique sera valorisée sous forme de compost et de biogaz.
Le centre de stockage des déchets ultimes de Castries pourrait être complété par un site près de Fabrègues. Mais l’opposition des riverains y est très forte. Le préfet doit prendre sa décision mi-avril.


Source : http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article1877

L'équipe Algosophette® 

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier