Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Spiruline & Algues > Protection des fonds marins: le \"corail\" des Glénan ne sera plus exploité en 2010|    Retour

Protection des fonds marins: le "corail" des Glénan ne sera plus exploité en 2010

Le 13 mars 2007

Algue calcaire aux multiples usages, notamment pour le traitement de l'eau potable, le maërl de l'archipel des Glénan, souvent appelé "corail breton", va être interdit d'extraction à partir de 2010 pour des considérations environnementales.

Longtemps confondu avec les coraux, le maërl est composé de petites algues rouges constituant un "habitat extraordinaire" pour les nurseries de poissons, déclare à l'AFP Michel Papaud, secrétaire général de la préfecture du Finistère, à l'origine d'un projet de protection du site des Glénan qui prévoit l'arrêt de l'extraction de cette ressource.

"Le maërl est une algue calcaire qui, par ses concrétions, forme un récif où d'autres espèces viennent se réfugier et pondre des oeufs", précise Jacques de Beaulieu, secrétaire général de l'association Bretagne Vivante, qui a longtemps milité pour la préservation de ce "patrimoine naturel exceptionnel".

Pour les pêcheurs, il constitue une véritable réserve pour des espèces à haute valeur ajoutée, les champs de maërl participant à l'ensemencement de la baie de Concarneau et de l'archipel des Glénan pour les coquilles Saint-Jacques, praires, palourdes, bars, dorades, et turbots, selon Bretagne Vivante.

Mais le maërl est également exploité depuis très longtemps pour de multiples usages. Déjà au début du 19e siècle, ce "produit miracle" de la mer était utilisé comme amendement sur les champs. Aujourd'hui, on le retrouve dans de multiples préparations de l'industrie pharmaceutique ou alimentaire, mais également dans les litières pour chats ou comme substitut aux gravillons de jardin.

Il sert aussi au traitement de l'eau potable, au point d'avoir été adopté par 1.200 stations d'épuration à travers la France pour filtrer et minéraliser l'eau.

Devant l'inquiétude de scientifiques et d'écologistes sur le maintien de ce patrimoine biologique, les autorisations de prélèvement sur le site des Glénan ont été progressivement diminuées. De 100.000 m3 dans les années de pleine exploitation, on est passé à 45.000 cette année, pour une réduction à 20.000 en 2009 et un arrêt total d'extraction qui devrait être fixé à avril 2010 par un prochain arrêté préfectoral.

Depuis les restrictions d'extraction, les deux sociétés titulaires de la concession des Glénan, Les Sabliers de l'Odet et la Compagnie armoricaine de navigation, ont réduit leurs effectifs sur le site de 200 à 80 personnes.

Aujourd'hui, le maërl des Glénan, d'une qualité unique en France, ne représente plus qu'une petite partie des quelque 500.000 tonnes produites annuellement par la Bretagne, dont 60% proviennent de trois grands gisements dans les Côtes-d'Armor, à Paimpol, Erquy et dans le chenal du Trieux.

Et les responsables des stations d'épuration utilisant le maërl ont été incités à adopter un autre procédé pour la filtration de l'eau, précise-t-on à la préfecture.

"La solution alternative demande une réorganisation des unités de traitement et un coût de travaux estimé à 18.000 euros par unité", selon Bretagne Vivante.

Source : http://afp.google.com/article/ALeqM5ggoIR0QQqrbaDZsACmwehpkdIIOw

L'équipe Algosophette®  algue_algosophette

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier