Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Malnutrition > Rwanda : la \"viande des pauvres\" manque, la malnutrition gagne|    Retour

Rwanda : la "viande des pauvres" manque, la malnutrition gagne

Le 28 Septembre 2007 ( Rwanda )
Hilarie Ntawukishira

(Syfia Rwanda) Le prix du haricot, principale source de protéines des Rwandais, a doublé depuis trois mois. Dans les campagnes, la malnutrition s'accroît et la situation risque de s'aggraver durant les mois à venir.
    
"Je viens d’acheter un seul kilo de haricot à 400 Frws (0,75 $). À la maison, nous sommes huit personnes. Cela ne fait que deux repas à condition de compléter avec des patates douces que nous avons dans nos champs. On ne mange plus assez de haricots. C’est grave, car nous risquons de tomber malades, surtout les enfants", s’inquiète Marguerite Nyiraneza, rencontrée fin août au marché de Karambi, district de Huye, dans le sud du Rwanda.
La situation est la même dans tout le pays. Depuis juin dernier, en effet, le prix du haricot a presque doublé passant dans la plupart des régions de 220 à 400 voire 500 Frw, (1 $). Or, au Rwanda, le haricot fournit, en moyenne, un tiers des calories et 65 % des protéines consommées. C'est quasiment la seule source de protéines des ruraux qui n'ont plus les moyens d'acheter "cette viande des pauvres". Le revenu quotidien d'une villageoise dépasse rarement les 300 Frw, moins que le prix d'un kilo de haricots... Quant à la viande et au poisson, ils sont fort rares et fort chers. En milieu rural, on ne mange généralement de la viande qu'une fois par an à l’occasion des fêtes de Noël ou de Nouvel An.
La malnutrition qui gagne les campagnes risque de durer et même de s’aggraver au cours des prochains mois.

Cinq jours pratiquement sans protéines

Cette hausse des prix est inédite. "Je suis grand vendeur de denrées alimentaires, y compris le haricot, depuis plus de 5 ans et jamais le prix n’avait dépassé 250 Frw ici dans la région, explique Félicien K.,commerçant au marché de Nyamagabe, dans le Sud, en train de discuter avec ses clients qui lui demandent de baisser un peu son prix. C’est vraiment un grand problème et ce n’est pas nous qui faisons monter les prix. Nos clients se lamentent et n’achètent plus en grande quantité ; juste un ou deux kilos…"
Certains n'en mangent pratiquement plus. "Ça fait plus de 5 jours que nous mangeons seulement des patates douces ou de la pâte de maïs ou alors le manioc avec quelques légumes, eux aussi devenus plus chers. Un pareil repas est vraiment pauvre. Au centre nutritionnel, on nous a enseigné qu’il faut chaque jour consommer un repas avec des protéines", déplore, tristement, Frida Mukazera, une paysanne du secteur Muganza/Nyaruguru, à quelque deux kilomètres de la frontière avec le Burundi. Dans cette région, en cas de pénurie, les gens s’approvisionnent d'habitude chez leurs voisins burundais, mais eux aussi manquent de haricots actuellement.
Pour les Rwandais, un repas sans haricots n'en est pas un. C’est comme si on n’avait rien mangé. "Les temps ont changé, estime Jonas Nzirorera (75 ans) du secteur Mukindo dans le Sud. Jadis on avait des stocks de haricots et on en mangeait comme on voulait chaque jour pour avoir de l’énergie. Me donner seulement de la pâte de manioc ou des patates douces c’est me tuer. Je n’ai plus de force, car, après quelque temps, je sens encore la faim." Même situation au nord du pays, une région pourtant bien pourvue en denrées alimentaires, où l'on consomme aujourd’hui surtout des pommes de terre avec du maïs auxquels on ajoute parfois quelques graines de haricots.

Pas de solution immédiate


Des pluies irrégulières et fortes, selon les techniciens agricoles, expliquent cette pénurie. En effet, lors des dernières saisons culturales (septembre-décembre 2006 et mars-juin 2007) les agriculteurs n'ont pas récolté suffisamment de produits vivriers, particulièrement de haricots, et n’ont donc pas pu faire de stocks pour se nourrir. Il leur faudra maintenant attendre la fin de l'année et les récoltes de la grande saison culturale qui débute. D'ici là, la malnutrition risque d'empirer.

Source : http://www.syfia.info/fr/article.asp?article_num=4787

L'équipe Algosophette  Rwanda_Algosophette

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier