Teramer, boutique algues microalgues
Nouveau ! Découvrez le flux d'infos continu sur la Spiruline Algosophette ! (RSS 2.0) Le seul flux RSS mondial 100% Spiruline est sur Algosophette !
Accueil > Les nouveautés: choix des catégories > Eau > Seuil d\'alerte pour la nappe phréatique de Seine-et-Marne|    Retour

Seuil d'alerte pour la nappe phréatique de Seine-et-Marne

Le 19 juillet 2007
 
En Seine-et-Marne, la nappe souterraine de Champigny est à son niveau historique le plus bas.
 
C'EST une des réserves d'eau les plus exploitées d'Ile-de-France et, aujourd'hui, la nappe phréatique de Champigny qui s'étend sur près de 1 700 kilomètres carrés a atteint un seuil critique. La diminution a commencé en 2003, année de la canicule, et « depuis 2006 elle est à son niveau le plus bas historiquement connu », explique Cécile Rousseau, responsable du service de police de l'eau de Seine-et-Marne. On est au même niveau d'alerte que l'an dernier au mois de septembre. »
 
Les pluies très abondantes de ces dernières semaines n'y changent rien : ce sont les précipitations hivernales qui rechargent les nappes. Au printemps, voire en été, elles ne servent qu'à alimenter la végétation. Seul avantage : il n'est pas besoin d'irriguer et encore moins d'arroser.
 
Le pire est qu'au problème quantitatif s'en ajoute un autre, qualitatif cette fois. La nappe est en effet très polluée, essentiellement par des pesticides, mais aussi par des nitrates. Au point que 178 communes sur 514 ont obtenu des dérogations pour fournir de l'eau qui n'est pas tout à fait conforme à la législation. C'est donc la mobilisation générale. Sous la houlette du préfet de Seine-et-Marne et dans le cadre d'un plan départemental, plusieurs chantiers sont menés de front pour tenter de faire face. L'un des objectifs est de regrouper les communes pour investir dans de nouvelles unités de production d'eau potable, afin de traiter au mieux les pesticides mais aussi de favoriser les interconnexions.
 
Il s'agit aussi de rechercher systématiquement les fuites. « Dans certains microsyndicats communaux, les taux de fuites des réseaux de distribution atteignent parfois 50 à 60 % », s'énerve le sous-préfet. Sur Melun-Sénart, la Lyonnaise des eaux a mis au point un système de détection par le bruit : «  Le rendement des canalisations est actuellement de 82 ou 83 %. Notre objectif serait d'arriver à 88 ou 89 % », explique Jean-Yves Cujard, directeur délégué de l'entreprise. Mis en place à Dijon, ce système a permis à la ville bourguignonne d'économiser un million de mètres cubes d'eau en une année.
 
Diminuer les prélèvements
 
Autre option, aller chercher l'eau dans la Seine. « En période de crise renforcée (le niveau le plus grave sur une échelle qui en compte quatre) - ce qui correspond à la nappe de Champigny -, il faut diminuer les prélèvements quotidiens de 30 000 mètres cubes », commente Cécile Rousseau. Afin de maintenir l'alimentation, on puise donc dans le fleuve : seul inconvénient, le traitement coûte deux fois plus cher.
 
Et dans ce genre de situation, les tensions ne manquent pas. Si la nappe de Champigny alimente le département de Seine-et-Marne, elle subvient également aux besoins de plusieurs communes de la petite couronne parisienne qui, jusqu'à cette année, « s'exonéraient des consignes de restriction appliquées en Seine-et-Marne », rouspète Jean Dey, le vice-président du conseil général.
 
Dernier point noir, la qualité de l'eau. Un énorme travail est mené en direction des agriculteurs, gros utilisateurs de pesticides. « Dans un premier temps, nous cherchons à obtenir la transparence sur les produits utilisés, explique Hervé Durand directeur départemental de l'agriculture et de la forêt. Ensuite nous essayons de faire évoluer les pratiques agricoles. » Mais la situation n'est pas simple : « Sur quelque 2 600 agriculteurs, seuls 350 ont diminué significativement l'utilisation des pesticides », poursuit le responsable.
 
Longtemps pointé comme l'un des plus mauvais élèves en matière de gestion de l'eau, la Seine-et-Marne s'est donc mis en ordre de marche. De quoi inspirer bien d'autres départements. L'ensemble des nappes phréatiques présentent des niveaux inférieurs, voire très inférieurs, à la normale

Source : http://www.lefigaro.fr/sciences/20070716.FIG000000297_seuil_d_alerte_pour_la_nappe_phreatique_de_seine_et_marne.html

L'équipe Algosophette®   Algosophette_Seine-et-Marne

administration | Conception technique du site: LokiiyLuxe Design, Montpellier